Le prêt d’honneur fait partie d’un des dispositifs les plus utilisés pour financier un projet de création ou de reprise d’entreprise. Cela permet en effet de renforcer nos apports personnels. Il s’accompagne cependant d’un financement bancaire classique. Retour sur les différentes modalités.

Répondre aux problèmes du créateur d’entreprise

De plus en plus de personnes souhaitent créer et reprendre une entreprise, pensant qu’ils sont arrivés à un moment de leur vie où ils avaient les épaules assez solides pour pouvoir gérer un tel projet. Seulement voilà, selon le projet, les sommes peuvent vite devenir colossales. Un apport personnel est alors demandé et de nombreuses personnes rebroussent chemin, ne possédant pas les fonds nécessaires demandés par la banque. Le prêt d’honneur a donc été mis en place pour permettre au futur entrepreneur d’avoir l’apport nécessaire pour l’accord de son crédit.

Quelques conditions

Un prêt d’honneur est considéré comme un prêt personnel puisqu’il est accordé au créateur d’entreprise en tant que personne physique. Cela lui permet de disposer des fonds personnels nécessaires pour l’accord de son crédit. L’augmentation de son apport lui permet également d’améliorer sa capacité d’emprunt.

Au niveau des financeurs, le prêt d’honneur est intégré dans l’endettement global du projet. Pour avoir accès à ce prêt, vous devez donc vous assurez que votre projet est bel et bien rentable. Ce sont des organismes ou des réseaux d’organismes tels qu’Initiative France ou encore Réseau Entreprendre qui vont permettre de gérer ces prêts particuliers, alimentés par la puissance publique (Caisse des Dépôts, Conseils Régionaux, Conseils Départementaux, etc.). Il est cependant obligatoire de faire la demande d’un prêt bancaire pour avoir recours au prêt d’honneur. Suivez ce lien pour lire plus d’informations sur les différents prêts bancaires disponibles actuellement.

Quel fonctionnement ?

Pour vous aider dans le lancement de votre entreprise, il faut savoir que le prêt d’honneur est accordé à taux zéro et sans aucune prise de garantie puisqu’il n’est ni lié ni affecté à un poste d’investissement. Il permet en quelque sorte de financer le besoin en fonds de roulement.

Étant donné qu’il s’agit d’un prêt personnel, c’est la personne morale qui se doit de le rembourser. Cependant, si l’entreprise est une société, il peut devenir intéressant d’apporter le prêt d’honneur en compte courant afin de faire sortir les sommes nécessaires sans subir de charges fiscales ou sociales.

Si vous décidez que le remboursement s’effectue sur vos revenus, prenez le temps d’analyser votre business plan afin d’être sûr de pouvoir supporter de telles charges.