Libération des pilotes français : l’ombre de Jean-Charles Marchiani

Jean Charles Marchiani n’est sans doute plus à présenter en ce qui concerne le secteur politique de la France. En effet, dernièrement préfet hors cadre après avoir écoulé un mandat de député européen, Jean Charles Marchiani est aujourd’hui à la retraite, profitant de ces belles années avec sa famille. Au cours de sa vie, Jean Charles Marchiani, Corse d’origine a été au service de l’état français, même un étant un homme de l’ombre. À plusieurs reprises, il a sauvé la vie de nombreux otages français retenus dans le monde entier. Son nom restera sans doute inscrit dans les annales pendant longtemps.

De nombreuses affaires de prise d’otage

Homme de confiance de Charles Pasqua durant de nombreuses années au sein du ministère de l’Intérieur, mais aussi bien au-delà de la cette période, Jean Charles Marchiani a fait participé à de nombreuses missions délicates qui lui ont été confiées par ce dernier. Il a entre autres fait partie des principaux intervenants dans la libération des otages lors du détournement de vol Air France d’Alger. Il est aussi connu pour avoir joué un rôle important dans les négociations entreprises dans le cadre de la libération des otages détenus au Liban dans les années 1980. Ces derniers ont été retenus durant trois ans par le Hezbollah avant de se faire libérer après de nombreuses tentatives de l’état, achevés par la suite par Marchiani. Il a aussi participé à la libération de quelques employés du consulat de France détenus en Alger ainsi que d’autres détenus par le groupe Abou Nidal en Libye. Jean Charles Marchiani a aussi beaucoup fait parler de lui a avec l’affaire de la libération des deux otages retenus en Bosnie.

Prise d’otage en Bosnie

Après que l’avion Mirage 2000 a été abattu en août 1995, les deux pilotes ont été pris en otage par des forces serbes. Au début, l’affaire est si floue que les services secrets français (DGSE) déclarent à tort que les deux pilotes sont morts. Après cela, Charles Pasqua a commencé à mettre son grain de sel dans l’affaire. C’est par le biais de ce dernier que Jean Charles Marchiani se retrouve ainsi aux commandes de la résolution de cette affaire sous la demande express du président Jacques Chirac. Marchiani agit ainsi encore une fois en tant qu’homme de l’ombre. Mais il agit efficacement. Dans un premier temps, sa mission était d’avoir la preuve que les deux hommes étaient encore en vie, ce qu’il réussit à savoir sans mal. Il avait aussi pour charge de déterminer qui retenait les otages, de les localiser puis de commencer les négociations dans le but de les libérer. Jean Charles Marchiani a travaillé durant plusieurs mois sur cette affaire en collaboration avec des collaborateurs qu’il a choisis et d’autres qui ont été des contacts de la France depuis longtemps dont le président Milosevic ou encore le président Boris Eltsine. Ainsi après de nombreuses semaines de négociation, Jean Charles Marchiani finit par obtenir la libération des otages. C’est lors de son dernier voyage en Bosnie que Jean Charles Marchiani réussit ainsi à dénouer l’affaire. Il va y rester jusqu’à la libération effective des otages.

Retour des otages

C’est à Villacoublay que les deux otages vont être accueillis par le président de la République à leur retour. Jean Charles Marchiani les accompagne dans l’avion, mais également à descente de ce dernier en recevant une fois les pieds à terre les félicitations publiques du président après avoir travaillé dans l’ombre durant ces nombreuses semaines. Avant son départ pour les accueillir, Jacques Chirac fait une brève apparition à la télévision pour quelques déclarations. Dans son discours, il déclare que pendant plus de 100 jours il n’a cessé de multiplier les interventions de toute nature que ce soit personnel ou politique afin de les retrouver. « Il ne s’est pas passé une journée pendant ces trois mois, une journée sans que nous ne prenions des initiatives pour les retrouver et les rapatrier. Aujourd’hui avec tous les Français, j’en suis sur, je veux rendre hommage à leur courage et partager la joie de leur famille » déclare-t-il. Dans ses mots, Jacques Chirac a aussi voulu saluer les efforts qui ont été fournis par le président Milosevic qui a été d’une grande aide dans la résolution de cette affaire de prise d’otage en Bosnie. Il a aussi tenu à remercier tout particulièrement le président Boris Eltsine qui lui aussi n’a pas ménagé ses efforts pour retrouver les otages. Idem pour tous les alliés américains et européens de la France qui ont aussi apporté leur soutien dans l’affaire. Le président a aussi voulu rendre hommage aux près de 600 soldats qui ont été blessés en Bosnie, mais aussi aux 56 soldats qui ont été tués sous le casque bleu. « Tous ces sacrifices faits pour lutter contre la guerre, contre la barbarie et l’épuration ethnique renaissance, hélas sur notre continent. Dès ma prise de fonction, j’ai voulu changer les choses. Nos soldats et ceux de nos alliés sous l’autorité de l’ONU n’avaient pas les moyens ni la mission d’être respectés. Ils étaient humiliés. Ce n’était pas acceptable. En créant la force de réaction rapide, j’ai voulu d’une part que nos soldats puissent être respectés et aient les moyens de se faire respecter. J’ai voulu aussi créer un nouveau rapport de force permettant de nous imposer sur le terrain et d’ouvrir ainsi les voies de la paix ».

Voir aussi jean charles marchiani